Quelques bases sur l’ardoise

Qu’est-ce que l’ardoise ?

L’ardoise est une roche métamorphique, c’est à dire qu’elle a été solidifiée et donc transformée en roche sous l’effet d’une variation de contexte. Dans le cas de l’ardoise, l’argile qu’elle était à l’origine a été solidifiée sous l’effet de très hautes pressions et de très hautes températures.
Elle appartient à la famille des schistes, comme le shale, mais grâce à sa formation métamorphique, elle possède une très grande fissilité et un grain particulièrement fin.
Cette prédisposition à se séparer en fine couches régulières, en a fait une matériau toiture utilisé depuis le 12e siècle.
Comme tout minéral, l’ardoise est imputrescible et résiste particulièrement bien aux intempéries. Elle était toute désignée pour couvrir les habitations de certaines régions.
L’utilisation de l’ardoise comme solution toiture est principalement due au fait que certaines régions ne disposaient pas d’argile en quantité suffisante pour réaliser les tuiles traditionnelles. Il a donc fallu se tourner vers une solution plus pérenne et facile à mettre en œuvre.

L’ardoise, un matériau minéral idéal

L’ardoise est effectivement un matériau naturel qui peut très facilement être utilisé comme solution de toiture, sans nécessairement disposer d’une technologie avancée.
La légende veut d’ailleurs qu’un capitaine mérovingien, Lézin, retiré dans la région d’Angers ait découvert la fissilité de l’ardoise et ait eut l’idée de l’utiliser en couverture. Le saint patron des ardoisiers est d’ailleurs Saint Lézin.
L’ardoise est donc un matériau historiquement lié à la région d’Angers, c’est d’ailleurs là que les plus grandes exploitations ardoisières de France étaient situées.
Cependant, les carrières et mines ardoisières de France ont largement perdu de leur activité après 1945. Il ne restait plus que quelques rares exploitations à la fin du 20e siècle, la dernière a cessé ses activités de grande envergure en 2014, après avoir creusé à plus de 400m de profondeur.

Fendage ardoise

L’extraction de l’ardoise en blocs

L’ardoise peut être extraite dans des carrières à ciel ouvert, comme c’est le cas actuellement en Espagne, tout spécialement en Gallice, ou dans les mines. En France les exploitations étaient la plupart du temps minières et impliquaient de creuser toujours plus profond.
Les blocs d’ardoise de tailles gigantesques sont tirées de la mine ou de la carrière et emmenés vers le lieu de transformation.
Ils sont ensuite triés et débités en blocs plus petits. Ces blocs de taille plus manœuvrable sont également triés en fonction de divers paramètres très techniques.
Viens ensuite l’étape de fendage, qui détermine véritablement le lamellage de la l’ardoise. Les ardoises sont encore une nouvelle fois triées, puis ramenées au format souhaité.
Si tout ce processus semble très compliqué, il est en réalité très simple et pouvait se réaliser au moyen-âge sans machinerie. De nos jours les machines interviennent uniquement pour uniformiser le travail et pour faciliter la tâche des ouvriers.

L’ardoise de nos jours

Il existe de nos jours de très nombreux types d’ardoises, qui proviennent généralement d’Espagne ou du Canada. On trouve donc des modèles à la couleur traditionnelle de notre ardoise, mais également des modèles offrant des variations plus claires, plus vertes ou plus rouges.
De la même manière il existe une très grande variété de formats qui permettent de varier les esthétiques, en se rapprochant de la tradition, ou au contraire en s’en écartant totalement.